Bilan domotique du CES Las Vegas 2015

L’édition 2015 du CES Las Vegas a fermé ses portes. Après quelques jours de repos et de réflexion et en attendant l’édition 2016 et l’organisation d’une délégation FFDomotique, voici un premier bilan domotique de l’édition 2015.

international_ces_2015_las_vegas

Les objets connectés font leur show

zdnet-ces-2015-lowes-smart-home

On l’avait vu venir en 2014, 2015 l’a clairement confirmé. Les CES Las Vegas devient LE salon des objets connectés. C’est le secteur qui progresse le plus, que ce soit en surface de stands, en nombre d’exposants, en quantité de startups et d’innovations et en nombre de communiqués de presse. Pour la première fois, les organisateurs du CES avait dédié un Hall à la domotique, le Smart Home Marketplace avec la présence de spécialistes comme ADT Security Seervices, Archos, Bosch, Honeywell, Lowe’s, Lutron… On peut imaginer que cette tendance se confirme dans les prochaines années puisque tout devient connecté et que les géants de l’électronique grand public y voit un levier de croissance majeur. Par exemple, Samsung a annoncé qu’en 2020, 100% de ses produits seront connectés (1). La domotique ne constitue évidemment qu’un sous-ensemble de l’Internet des objets mais elle sera d’autant plus incontournable que les objets connectés se multiplieront dans nos maisons. Elle bénéficie aujourd’hui d’une exposition médiatique extrêmement large et d’une image beaucoup plus positive que par le passé (2). Profitons-en !

L’Internet of ME : quels bénéfices pour MOI ?

iot vegas

Le CES reflète les évolutions du marché de l’électronique grand-public. La bonne nouvelle de l’édition 2015, c’est que le Smart Home commence à occuper le terrain, la mauvaise nouvelle c’est que le message porté par les acteurs de la domotique n’est pas vraiment convaincant. Quand on visite les halls dédiés au son, à l’image, aux drones, aux imprimantes 3D ou aux voitures connectées, on rentre instantanément dans les démonstrations et on a qu’une seule envie c’est de consommer et d’acheter ces objets. Le hall Smart Home ou les stands de startups ou des spécialistes des objets connectés donnent encore trop cette impression de gadgets et de cacophonie technologique car de nombreux fabricants utilisent avant tout le CES pour tester des idées et observer les réaction des visiteurs. Cette année par exemple, plus aucune trace des Google Glass, star en 2014, devenues complétement ringardes. Au fond, qu’est-ce que tout cela peut changer à nos vies, quels bénéfices pourra-t-on en tirer au quotidien, en quoi cela simplifiera ou améliorera mon existence, quelle promesse dans ma vie de tous les jours ? Peu de réponses finalement. Le CES 2015 a mis les objets sur la table, a mis les briques à la disposition de tous, charge aux opérateurs, aux assureurs, aux géants de l’industrie high-tech ou à de nouveaux venus d’en faire des offres lisibles et alléchantes pour le grand public.

A votre service !

Habitat connecté

Parmi tous les chiffres qui circulent en ce moment, l’étude de Gartner est peut-être la plus marquante. Elle prévoit qu’un foyer typique en 2022 possédera au moins 500 équipements connectés (3). Cela peut paraître délirant mais pourquoi pas puisque tout devient communicant : ampoules, vêtements, électro-ménager, audiovisuel, sport, voiture, santé… ? Si l’on considère que d’ici là on aura bien trouvé une plateforme de convergence technologique sécurisée, il ne reste plus qu’à imaginer les usages, les modèles économiques et la logique ergonomique de l’ensemble. Comment faire que ces objets « potentiellement connectables » soit réellement connectés et utiles pour le plus grand nombre ? Comment imaginer que tout à chacun pourra s’y retrouver facilement, exploitera réellement les fonctions de connectivité et utilisera ces équipements dans les meilleurs conditions ? Comme pour l’informatique il y a 25 ans, un challenge majeur se profile : avant que tous ces objets soient réellement autonomes, doté de fonctions d’intelligence artificielle et plug and play, il faudra accompagner la plupart des utilisateurs sinon la domotique restera un fantasme déceptif et un gadget de passionnés. De nombreux exposants sur le CES semblaient convaincus que leur produit allait se vendre tout seul sur les étagères des grandes surfaces. Certains au contraire, plus mûrs ou plus visionnaires, ont déjà compris que la domotique sans service n’avait aucun avenir à court terme. Ainsi, Google ne vend son thermostat qu’avec une prestation d’installation et de configuration, ADT et l’opérateur AT&T (le Orange américain) distribuent leurs offres domotiques aux USA à travers un réseau de professionnel ou Myfox propose une offre Pro pour les projets ambitieux.

service domotique

Un objet connecté isolé n’a évidemment aucun intérêt, c’est sa mise en relation avec son environnement, son interface utilisateur, son intégration sur mesure avec les autres équipements et l’analyse des données générées qui créera réellement de la valeur. D’ailleurs, bravo à la Poste pour sa vision et ses propositions dans ce domaine, l’intervention humaine et les services à la personne resteront encore longtemps incontournables dans le logement connecté !

 La French Touch : le bilan

Le grand vainqueur du CES 2015 sera la France“ ! Jason O. Gilbert, journaliste pour Yahoo Tech, n’a pas mâché ses mots pour décrire la forte impression laissée par la délégation française dans les allées du salon.

Macron Withings Activite Pop

Avec 120 entreprises dont 66 start-up réunies sous la bannière de la French Tech, la France constituait la cinquième délégation mondiale et la première européenne. Dix start-up ont gagné 14 Innovation Awards, l’une d’entre elles décrochant même le Best of CES (4)! Même si les retombées médiatiques ont été en grande partie occultées par les événements tragiques qui ont eu lieu simultanément à Paris, les entreprises françaises ont été très présentes sur cette édition 2015, notamment dans le domaine des objets connectés. Les entreprises spécialisées comme Myfox, Archos, Awox, Withings, Netatmo ou Parrot, les start-up comme ID-RF, Sen.se ou Ubiant, les grands groupes comme la Poste et les politiques comme Emmanuel Macron ou Axelle Lemaire ont donné une très bonne image de l’Hexagone (5). Tout est réuni pour mettre en place une filière d’excellence et permettre à notre pays d’exister dans ce secteur voire de le dominer si on continue sur cette dynamique. L’annonce officielle du lancement de la cité des objets connectés d’Angers en est un bon exemple. Il faut aller vite, être très dynamique, travailler collectivement et faire preuve de créativité pour conserver notre avance. Comme dans l’aéronautique, il faudra probablement se rapprocher de nos voisins européens pour constituer un pôle d’expertise mondial, imposer notre vision et continuer d’exister face aux mastodontes asiatiques et américains.

Rendez-vous donc en janvier 2016 pour la prochaine édition. Si vous souhaitez participer à la prochaine délégation FFDomotique, n’hésitez pas, d’ores et déjà, à vous faire connaitre : ces2016@ffdomotique.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *