Le CES 2015 en avant-première

Unveiled

Comme tous les ans en janvier, le salon CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas ouvre ses portes jusqu’à vendredi avec l’ambition de refléter les grandes tendances de l’industrie high-tech des mois à venir. Véritable baromètre du marché, le CES reflète depuis 1967 l’évolution des produits électroniques de grande consommation avec par exemple, le lancement en 1970 du premier magnétoscope, en 1981 du Laser Disc, en 1996 du DVD, en 2001 de la TV Plasma, en 2003 du Blu-ray, en 2008 des écrans OLED, en 2009 de la 3D HDTV, en 2013 de la Ultra HD et du Li-Fi en 2014.

Habitat connecté

Avec la convergence de l’électronique de loisirs, de l’informatique, d’internet et des télécoms, le CES devient depuis quelques années, le rendez-vous incontournable de l’industrie numérique dans son ensemble avec à la fois toutes les multinationales du secteur mais également de plus en plus de start-up qui, en quelques jours, peuvent se révéler grâce à la présence de tous les médias de la planète.

L’explosion des objets connectés

habitatconnectéffdomotique

Comme l’an dernier, le secteur le plus en vue sera certainement celui de l’Internet des objets, comme en témoigne le record de 900 des 3500 exposants, qui proposent des produits ou des services connectés et contrôlables depuis un PC ou un smartphone. L’idée de l’internet des objets est de pouvoir tout connecter ou presque, de la simple montre à sa voiture, en passant par son drone, sa brosse à dents ou son four. Le rôle de la Fédération Française de Domotique étant de promouvoir l’habitat connecté, notre objectif pour ces prochains jours sera de nous focaliser  sur les produits et services innovants susceptibles de faire concrètement avancer la domotique. On évitera donc de relayer les centaines d’annonces sur la dernière génération d’écrans ultra haute-définition 4K (voire 8K cette année), les soutien-gorges de sport communicants ou le dernier modèle de voiture autonome ultra-connectée. Cela risque d’être difficile mais, promis, on essayera de se concentrer exclusivement sur l’innovation et les tendances pour l’habitat connecté, avec notamment cette année:

  • la soirée talent sharing du Medef avec la présence de Pierre Gattaz et de nombreux grands patrons français qui rencontreront les startups,
  • des debriefings quotidiens avec les spécialistes de la délégation IGNES / Dalloz,
  • les rencontres programmées avec plusieurs entrepreneurs et fondateurs de start-up dont certains membres de la Fédération (Domadoo, Lifedomus, Toshiba, Nest, Maison-et-Domotique…),
  • la Conférence “évolution du Smarthome” avec les experts mondiaux du secteur,
  • l’annonce officielle du lancement de la cité des objets connectés d’Angers,
  • l’Eureka Park regroupant de très nombreuses innovations dans le domaine des objets connectés,
  • et pour la première fois au CES, un Hall dédié à la domotique, le Smart Home Marketplace, avec la présence de spécialistes comme Bosch, Honeywell, Lowes, Lutron, AT&T…

L’habitat connecté, un sous-ensemble de l’Internet des objets

Tous les analystes sont unanimes, le marché des objets connectés, aussi appelé l’Internet des Objets (IoT) est en pleine expansion. Selon un rapport d’IDC, il apparaît que le volume de données au niveau mondial représentera 44 000 milliards de Go en 2020 soit dix fois plus qu’en 2013, au moment où ce marché des objets connectés a été créé. Dans son récent rapport “The Internet of Things Market”,l’IDATE définit les frontières de ce nouveau marché très prometteur et analyse les dynamiques des différents marchés verticaux (automobile, énergie, alimentation et distribution, santé, aéronautique et domotique).

IoT idate

Pour mieux appréhender les innovations du CES, il est important de clarifier les concepts d’Internet des choses (IoT), d’Internet des objets (IoO) et d’habitat connecté qui n’en constitue finalement qu’un sous-ensemble. Dans ce contexte, l’IDATE estime que 15 milliards de ” choses ” ou ” things ” (machines, terminaux connectés et objets) sont d’ores et déjà connectées à l’Internet en 2012, contre 4 milliards en 2010. Pour Samuel Ropert, Chef de projet du rapport, “en 2020, il y en aura 80 milliards, parmi lesquels l’IoO représentera 85% du total de l’IoT, contre 11% pour les terminaux communiquant et 4% seulement pour le M2M.” En termes de croissance, l’IoO connaitra un taux annuel moyen de 41% entre 2010 et 2020, suivi par les terminaux communicants avec 22% et le M2M avec 16%.

Qu’attendre de cette édition 2015 ?

Le CES semble avoir perdu de son éclat depuis 2008. Crise oblige, de nombreux fabricants ont limité leurs investissements et la démesure de leurs démonstrations. Il semblerait qu’avec l’optimisme des marchés financiers, les records atteints par le Dow Jones et la reprise économique aux Etats-unis, on peut s’attendre à un regain d’optimisme et au retour de présentations spectaculaires. A voir…

Plus que la poudre aux yeux et les annonces de nouveaux produits, ce sont les tendances par rapport aux innovations des années précédentes qu’il sera intéressant d’analyser. Quels sont les protocoles et les alliances à nouveau représentées dans le secteur des objets connectés et celles qui apparaissent pour la première fois, quels modèles économiques semblent s’imposer, comment s’oriente le rapport de force entre les géants du multimédia, de l’informatique et des télécoms, quels types de nouveaux services sont proposés et, espérons-les, quelles sont les technologies de ruptures qui apparaissent?

MyFox

La « maison intelligente » sera très bien représentée avec la plupart des alliances d’industriels et la présentation de nombreuses solutions clés en mains, de l’électroménager mais aussi des ampoules, des thermostats connectés, des fenêtres, des portes de garage intelligentes, de capteurs e-Santé… Dans ce contexte de prolifération des objets connectés, l’un des défis est leur cohabitation, les utilisateurs réclamant des systèmes intégrés pour ne pas avoir à gérer une multitude d’applications individuelles. « Il s’agit de faire parler ces choses entre elles », note Bob O’Donnell de la société de recherche Technalysis, qui prône « un tableau de bord qui puisse communiquer avec une ampoule intelligente comme avec un thermostat ».

bk-yoon-Samsung

Depuis quelques années, les présidents des principales sociétés du secteur font au CES des interventions appelées keynotes. Hier, avant même l’ouverture du salon, on a ainsi pu assister à la vision de figures emblématiques, avec notamment l’intervention de Boo-Keun Yoon, le PDG de Samsung qui a exposé la stratégie très ambitieuse de son groupe vis-à-vis des objets connectés, et à venir dès demain celle de Brian Krzanich, celui d’Intel.

En avant-première, le CES Unveiled

Dès dimanche, le CES unveiled, a permis d’avoir un avant-goût du CES 2015. Par exemple, parmi les premières nouveautés annoncées, la société de Boston, Ecovent, a présenté une solution domotisée de récupération d’énergie pièce par pièce qui pourrait être le complément idéal des thermostats communicants, MyFox a lancé sa nouvelle génération de système d’alarme et Netatmo a dévoilé Welcome, une caméra de surveillance à reconnaissance faciale reprenant le design de ses célèbres stations météo. A suivre…

CESUnveiledLima Ecovent Camera-Netatmo

CES Innovations Awards

withings-produits

Avant même le début du salon, il est de coutume de remettre les prix d’innovation baptisés CES Innovation Awards. Et 5 entreprises françaises se sont déjà illustrées en obtenant un prix : Withings pour sa Withings Activité et Home, Vostok pour ses systèmes de diffusion hi-fi, Giroptic pour sa 360Cam, Citizen Sciences pour son T-shirt connecté D Shirt, et Lima avec ses boîtiers de stockage et de partage de données.

la French Tech au CES 2015

Frenchtech5europeen

Cette année marque un tournant puisqu’avec 120 entreprises présentes, soit un tiers de plus que l’an dernier, la France est la première délégation européenne, de très loin, et la cinquième dans le monde après la Chine, les États unis, Taïwan et la Corée du Sud. Comme en 2014, les politiques seront présents en force avec la présence annoncée d’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, de Muriel Pénicaud, directrice générale d’Ubifrance et présidente de l’AFII (Agence française pour les investissements internationaux), et de Pierre Gattaz, président du Medef.

Frenchtech

Le label French Tech, fondé en 2013, sera bien représenté au CES. Ubifrance, l’agence pour le développement international des entreprises tiendra un pavillon dans l’Eureka Park, défendra les intérêts de dix-huit jeunes start-up innovantes. Contrairement à ce que les politiques et médias français ont tendance à affirmer, à l’échelle du salon, il ne s’agit pas d’un raz-de-marée français mais il faut bien reconnaître que les Français tiennent le haut du pavé dans le secteur très porteur des objets connectés. Pour Emmanuel Macron qui place le numérique au coeur de la sa politique économique « aujourd’hui la moitié des créations d’emplois en France proviennent des start-up de ce secteur, c’est un de nos secteurs d’excellence, que ce soit dans le logiciel, les jeux vidéo ou l’internet des objets, et c’est l’un des leviers de la prochaine révolution industrielle », conclue-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *