Domotique : 10 tendances fortes au CES Las Vegas

Comme chaque année, le CES (Consumer Electronic Show) reflète les grandes tendances de l’industrie high-tech des mois à venir. Contrairement aux éditions précédentes, ce ne sont ni les écrans plats, ni l’automobile qui font le buzz à Las Vegas, ce sont les objets connectés. Depuis mardi, les annonces se succèdent en effet dans le domaine de la domotique. Impossible de faire état de toutes les nouveautés mais on peut en ressortir une dizaine de tendances.

1. les solutions sans-fil plébiscitées

Wireless_transmitters

A quelques rares exceptions près comme Lutron (filaire) ou DigitalStrom (courant porteur), le CES 2015 marque l’avènement des solutions radio sans fil comme Z-Wave, Zigbee, Bluetooth Low Energie, Wi-Fi, EnOcean, DECT… La priorité des fabricants est en effet de limiter les coûts, fédérer les objets connectés, favoriser les solutions en do-it-yoursel et de répondre à la demande principale du marché qui consiste à rénover ou à améliorer le confort de son habitat sans travaux de câblage. Le CES représente le marché grand-public des équipements électroniques, on est bien loin des solutions d’infrastructures filaires que l’on a l’habitude de rencontrer sur les salons comme l’ISE d’Amsterdam ou le Light&Building de Francfort. Dans le même ordre d’idée, les start-up et les industriels rivalisent d’idées pour permettre de connecter tous les équipements non communicants présents dans nos logements : serrure numérique pour cylindre de porte, batterie communicante pour les détecteurs de fumée traditionnels ou ampoule connectée.

2.Les fabricants se regroupent en alliance

IoT-Blog-Chart

Comme on le détaillait dans notre article précédent intitulé “Nouvelle bataille autour des standards domotiques, les industriels ont compris qu’ils ne pouvaient plus travailler chacun dans leur coin dans le domaine de l’habitat connecté. Les grandes manœuvres ont commencé mais les choses devront encore se décanter car on assiste encore à des affrontements frontaux contre-productifs entre les différents consortiums:

  • AllSeen Alliance contre OIC (Open Interconnect Consortium) au niveau applicatif
  • Thread contre Bluetooth Low-Energie et Homekit au niveau réseau couches basses
  • Z-Wave contre Zigbee et EnOcean pour les protocoles de communication de niveau supérieur
  • Alliance Lora contre Sigfox au niveau infrastructure IoT faible consommation

3.Z-Wave, protocole domotique n°1 du CES 2015

zwave

La recette parait simple : un stand bien placé, un éco-système dynamique, des présentations diversifiées et concrètes. On peut ajouter à cela, pas mal de nouveautés avec la sortie de nouvelles box de la part de Fibaro, Homeseer et Vera Control. Mais la présence de Z-Wave ne se limitait pas à un seul stand ! De très nombreux exposants proposaient cette année encore des solutions basées sur ce protocole qui n’en fini décidément pas de surprendre…

4.L’intelligence artificielle au secours de la domotique

Muzzley

La domotique historique basée sur les automatismes a vécu. Trop lourde, trop figée, trop chère, elle n’a jamais permis de répondre de façon satisfaisante à la diversité des situations, à la multiplication des besoins et aux demandes de personnalisation et d’évolution inhérente à nos modes de vie. Grace au numérique, à la puissance de calcul des composants et aux possibilités offertes par le Cloud, de nombreuses solutions embarquant des fonctions d’intelligence artificielle apparaissent. Par exemple, les produits Nest, l’alarme MyFox ou l’application Muzzley embarquent des fonctions d’apprentissage, d’anticipation des besoins, d’intelligence prédictive et de suggestions. La palme revient sans doute au français Ubiant, très remarqué dans l’Euréka Park, qui va lancer dans quelques semaines une solution “apprenante” ultra-sophistiquée au service du confort et de la sobriété énergétique de nos logements.

5.L’absence très remarquée des opérateurs télécom et des assureurs

laPoste

Comment expliquer l’absence des opérateurs télécom et des assureurs au CES, alors que de nombreux spécialistes affirment que ce sont eux les mieux placés pour capter l’essentiel du marché et assurer la démocratisation de la domotique ? Par exemple, AT&T, l’opérateur américain pourtant très actif avec sa solution Digital Life a brillé par son absence et s’est contenté d’organiser un concours dans un hôtel et de faire un communiqué de presse proposant à des acteurs comme LG, Samsung ou Qualcomm de rejoindre sa plateforme. Surprenant de constater que ce sont les fournisseurs d’électro-ménagers ou les géants du courrier (la Poste et l’US Postal) qui tentent d’occuper le terrain. Les opérateurs et les assureurs attendent-ils l’arrivée à maturité des solutions techniques ou auraient-ils d’ores et déjà perdu la bataille ?

6.La sécurité, encore et toujours

MyFox

On ne compte plus sur le CES 2015, les annonces de serrures numériques, de caméras de surveillance ou de systèmes d’alarme. De nombreux acteurs réduisent en effet le Smart Home à la sécurité alors que les études de marché révèlent généralement que ce sont plutôt les solutions de confort, d’économie d’énergie ou de maintien à domicile des personnes âgées qui devraient booster le marché dans les prochaines années. Est-ce une tendance de fond, un manque de maturité ou le fruit d’erreurs de stratégie? Difficile de se prononcer… La bonne nouvelle, néanmoins, est venue du français Myfox qui a parfaitement réussi son lancement aux Etats-Unis en ringardisant toutes les solutions de sécurité traditionnelles grâce notamment à son IntelliTag, capteur breveté capable de détecter un problème avant même l’intrusion, à l’esthétique de ses produits et à sa solution ultra-innovante, MyfoxAround, qui prend le relais en cas de coupure de connexion internet  en se connectant automatiquement à un autre Myfox Security System avoisinant.

7.Le design au service de la domotique

Mother

Comme on vient de le voir avec Myfox, il est possible de concevoir des produits domotiques efficaces et esthétiques. Nest avait montré la voie avec Tony Fadell, le concepteur de l’iPod ou Netatmo en faisant appel à Philippe Starck pour son thermostat. Citons également, Sen.se dont le design de la Mother a interloqué de nombreux visiteurs sur le CES 2015. Mais en matière de design, l’esthétique ne suffit pas. C’est toute l’ergonomie du produit qui est concernée et qui permettra de satisfaire les utilisateurs. Dans ce domaine, il est frappant de constater l’écart se creuser entre les objets connectés de nouvelle génération et les produits domotiques plus traditionnels comme les boutons ou les détecteurs Z-Wave ou EnOcean. Le design des interfaces utilisateur évolue également et on a pu découvrir, lors de cette édition 2015 du CES, des applications sur smartphone ou tablette extrémement intuitives.

8.L’excellence domotique française

Frenchtech

Comme annoncé, cette année marque un tournant puisqu’avec 120 entreprises présentes, soit un tiers de plus que l’an dernier, la France est la première délégation européenne, de très loin, et la cinquième dans le monde après la Chine, les États unis, Taïwan et la Corée du Sud. Comme en 2014, les politiques étaient présents en force avec la présence d’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique et de Pierre Gattaz, le président du Medef. La Frenchtech et Ubifrance ont fait un travail remarquable en valorisant  dix-huit jeunes start-up françaises innovantes dans l’Eureka Park. Les acteurs plus confirmés comme Sen.se, Awox, Archos, Netatmo ou Myfox se sont fait énormément remarqués ainsi que la Poste,  c’est plus inattendu,  qui a lancé à Las Vegas un plateforme logicielle domotique.

9.Les modèles économiques évoluent

domotique-info-archos-mini-cam

Ce n’est pas encore une tendance de fond, mais les lignes sont en train de bouger concernant les modèles économiques de la domotique. Les modèles basés sur l’achat pur et simple de  produits ou l’abonnement se combinent ou commencent à laisser la place, comme dans le domaine de la télésurveillance ou de la téléphonie, à une logique de subvention voire de conseil et de service à l’installation. Là encore, c’est Nest Labs qui innove, en lançant par exemple au Royaume-Unis ce type d’offre avec des énergéticien. A suivre… Plus globalement, on assiste à une démocratisation de la domotique et à une baisse des prix grâce à une concurrence plus forte et des volumes plus importants. Archos, par exemple, ouvre la voie avec un pack domotique assez complet à moins de 200€…

10.La domotique dans une spirale positive

La domotique a tellement souffert depuis des années du désintérêt des médias (à la limite de l’ironie parfois), que l’euphorie affichée cette année est plutôt réconfortante. Mode passagère ou tendance de fond, les prochains mois nous le diront mais, si on en juge par le dynamisme du secteur à Las Vegas et par l’optimisme des multinationales comme Samsung ou Cisco, on peut être rassurés (ou carrément flippés):

  • Le PDG de Samsung, BK Yoon, a annoncé  que d’ici 2017, 90% des produits de la marque pourraient interagir avec d’autres objets et qu’en 2020, 100% de ses produits – téléviseurs, lave-linges, réfrigérateurs, etc. – seront connectés.
  • John Chambers, le Président de Cisco a déclaré que « l’internet des objets représente la plus importante évolution du monde de la technologie depuis plus de dix ans, qu’il devrait avoir un impact « peut-être dix fois supérieur à celui qu’a eu Internet » et qu’au-delà des connexions individuelles (un réfrigérateur, une voiture, un bracelet, des chaussures…), la généralisation et la combinaison de toutes ces informations nous amène à un véritable internet « total » (« Internet of everything »).

Rien que ça!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *